Tout savoir sur l’écologie et la conduite

La protection de l’environnement est au cœur des préoccupations des pouvoirs publics. La circulation routière est directement impactée, et le Code de la route démontre actuellement cette volonté de respecter la planète du mieux possible en obligeant les conducteurs à adopter un comportement responsable. 
Différents axes ont ainsi été mis en place tels que la prise de conscience de l’écomobilité, le choix d’un véhicule peu polluant, et des systèmes d’encouragement écologique pour les usagers. Tout candidat au permis de conduire devra s’imprégner de ces notions dès les premiers cours du Code de la route, car désormais les principes écologiques occupent une place importante au moment de l’examen.

Quels sont les grands principes écologiques appliqués en matière de circulation routière ?

De grands principes écologiques ont été mis en place, notamment pour influencer les conducteurs sur les impacts de la circulation routière sur l’environnement, et les pousser à adopter un comportement consciencieux. Car l’écologie c’est l’affaire de tous !

L’écomobilité

L’écomobilité c’est un principe responsable, qui incite les conducteurs à ne pas utiliser leur voiture quand une autre alternative leur est offerte. Dans les faits, les usagers ont tendance à prendre leur véhicule par habitude, or il existe des déplacements qui ne nécessitent pas forcément cette utilisation systématique. 
En pratique, une distance de 1 à 2 km peut se faire facilement à pied ou à vélo. De même, les transports en commun, voire le covoiturage sont des alternatives intéressantes pour se déplacer. La finalité étant de désengorger le trafic, et participer activement à la diminution de la pollution sur la chaussée.

L’éco-responsabilité

Tout candidat au permis de conduire se verra enseigner les grands principes écologiques lié à l’apprentissage de la conduite. L’éco-responsabilité se base avant tout sur l’achat du véhicule. Bien choisir sa voiture est essentiel, pour respecter au mieux l’environnement. Voici quelques conseils pouvant vous guider dans votre choix : 

 

2 voitures électriques

Les différents types de carburant

Le carburant, qui sert au fonctionnement d’une voiture, est le principal responsable des émissions de gaz à effet de serre. Il existe sous différentes formes, en fonction du modèle de véhicule. Entre essence, diesel, et GPL, que faut-il choisir pour adopter un comportement éco-responsable ? 
Les carburants courants sont généralement distribués sous forme liquide, et sont produits à partir d’énergies non renouvelables, comme le pétrole. Très polluant, la plupart des voitures sont pourtant dépendantes de son utilisation. De nos jours, les ingénieurs et pouvoirs publics travaillent sur des alternatives plus respectueuses de l’environnement. 
Actuellement, les appellations E5 et E10 pour l’essence résultent d’une directive européenne, et permettent de distinguer leur niveau d’éthanol. Pour le diesel, la lettre B ainsi que son taux de biocarburant est également signalé aux consommateurs. Le souci de transparence est au cœur de cette démarche européenne.

station essence

Les encouragements écologiques

De manière générale, les pouvoirs publics ont mis en place des mesure d’encouragements écologiques pour inciter les usagers à une véritable prise de conscience comportementale. En effet, afin d’encourager les conducteurs à adopter une conduite éco-responsable, des dispositifs légaux ont été développés : 

Alors, prêt à rouler vert ?

Le respect de l’écologie est une des principales préoccupations mondiales actuelles. Face à l’impact de la circulation routière sur l’environnement, les pouvoirs publics ont intégré des mesures émanant de la législation française et européenne pour sanctionner, mais surtout encourager les usagers qui s’engagent à limiter leur émission de CO2 dans l’atmosphère. 
Une conduite respectueuse de l’environnement, c’est avant tout prendre soin de la mécanique de son véhicule, en adoptant en premier lieu une voiture récente et propre. En effet en pratique, certains documents administratifs, comme la vignette Crit’Air, accordée aux seuls véhicules peu polluants, peuvent être exigés en période de pic de pollution. 
De plus, le conducteur doit également veiller sur la route à adopter un comportement de conduite écologique, en évitant de conduire en sur régime. De manière générale, en restant attentif à la signalisation routière, et notamment aux panneaux qui peuvent signaler des baisses de limitations de vitesse en période de pollution, les usagers assurent respect mais aussi sécurité de tous sur la chaussée.