Les limitations de vitesse

Une des règles fondamentale du Code de la route et de la circulation routière est le respect des limitations de vitesse. En effet, le contrôle de la vitesse sur la chaussée est un des éléments clef dans la lutte contre les accidents de la route.

Comment réguler sa vitesse de circulation ?

En France, les limitations de vitesse répondent à des règles strictes. En effet, la vitesse est limitée en fonction de nombreux critères tels que le type de route, les intempéries ou encore l’âge du conducteur. Car en pratique, la vitesse est responsable de nombreux accidents routiers, et la limiter est devenu primordial pour les Pouvoirs Publics.

Limitation selon types de routes

La première limitation prévue par le Code de la route est celle affectée aux types de route. Voici les grands principes de la limitation selon types de routes

Limitation à 80 km/h

Votée en 2018, la loi concernant la limitation à 80 km/h s’applique aux routes départementales. L’objectif premier de cette décision gouvernementale est de réduire le nombre d’accidents de la route mortels sur ces voies, statistiquement très meurtrières. 
Face à l’impopularité de cette loi, la décision du 6 juin 2019 vient modifier son application. Ainsi, elle permet désormais aux Préfets de moduler cette règle sur les routes de leur préfecture, et leur accorde le pouvoir de revenir à l’ancienne limitation de 90 km/h sur certaines sections jugées peu dangereuses.

Limitation de vitesse des jeunes conducteurs sur autoroute

Les jeunes conducteurs titulaires d’un permis probatoire ne suivent pas les mêmes règles en matière de limitation que les autres usagers. En effet, ils sont limités à 110 km/h sur les autoroutes notamment. 
Ainsi, dans les faits la limitation de vitesse des jeunes conducteurs sur autoroute est la même qu’en cas d’intempéries. En cas d’excès de vitesse, ils seront sanctionnés au même titre que les autres conducteurs. Étant donné qu’ils bénéficient d’un faible nombre de points, la vigilance doit être accrue.

Limitations selon types d’intempéries

En fonction de la météo, les limitations selon les types d’intempéries ne sont pas les mêmes. Par conséquent, en temps de neige et de pluie, les règles de circulation à appliquer sont les suivantes : 

Limitation en cas de brouillard

Dans une situation de brouillard, les conducteurs doivent faire preuve d’encore plus de vigilance. En effet, cette condition météorologique diminue brutalement la visibilité sur la chaussée, ce qui augmente considérablement le risque d’accident. 
Les usagers doivent donc appliquer la règle des trois égalités. Par exemple lorsque la visibilité est de 80 mètres, la limitation en cas de brouillard est de 80 km/h, et ils doivent laisser une distance de sécurité de 80 mètres avec le véhicule devant eux.

Temps de réaction

La raison première de l’existence de la limitation de vitesse, c’est le temps de réaction du conducteur face à une situation donnée. De manière générale, le temps de réaction d’un usager est de 1 seconde. C’est la raison pour laquelle la vitesse doit impérativement être adaptée aux situations, de même que les distances de sécurité, pour palier à tout risque de collision dû à une allure mal maîtrisée.

Augmentation du temps de réaction

En moyenne, le temps de réaction d’un conducteur est donc d’1 seconde. Mais en pratique, de nombreux facteurs viennent contribuer à l’augmentation du temps de réaction
Ainsi, la fatigue, ou la consommation d’alcool ou de drogues, voire encore le stress, sont autant de conditions qui augmentent ce laps de temps. Même si la consommation d’alcool et de drogues sont réprimées par la loi, la fatigue est difficilement quantifiable. 
Elle est pourtant la cause numéro 1 des accidents de la route. En pratique, cette lenteur de réactivité entraîne un allongement de la distance d’arrêt du véhicule en situation d’urgence, et augmente considérablement le risque d’accidents.

Énergie cinétique

L’énergie cinétique est l’énergie que possède un corps du fait de son mouvement. Il s’agit donc de l’énergie produite grâce à la vitesse de circulation du véhicule. Elle s’exprime en joules et est révélatrice de la puissance d’une voiture en mouvement.
En effet, plus un véhicule roule vite, plus son énergie cinétique est forte. Ses conséquences peuvent être toutefois dangereuses : 

Force d’inertie

La force d’inertie est la puissance qui s’exerce sur les individus installés dans un véhicule en marche. En effet, l’énergie cinétique produite par la vitesse d’une voiture en circulation, se répercute sur ses passagers, ainsi que les objets compris dans l’habitacle.
Le danger se situe particulièrement au moment du freinage. Car en cas de freinage brusque, les passagers et les objets sont par antagonisme propulsés en avant. Cette vitesse engendrée par les individus souligne tout l’intérêt du respect des limitations de vitesse, mais aussi de l’utilisation de la ceinture de sécurité.

Distance de freinage

Connaître et maîtriser la distance de freinage de son véhicule est fondamental pour sa sécurité. En effet, celle-ci est due non seulement au temps de réaction du conducteur face à une situation donnée, mais également à la maîtrise de sa vitesse. 
Ainsi, le temps de réaction est en général de 1 seconde, mais en fonction de l’état de fatigue, de stress, ou encore d’alcoolémie de l’usager, il peut être considérablement augmenté. 
La distance de freinage correspond à la distance que va continuer d’effectuer le véhicule en pleine vitesse entre le moment où le conducteur appuie sur le frein, et le moment d’arrêt total. Plus la vitesse de la voiture sera importante, plus la distance parcourue sera longue. Ainsi, une vitesse 2 fois plus importante multiplie par 4 la distance parcourue au moment du freinage.

Distance d’arrêt

La distance d’arrêt d’une voiture correspond ainsi au quotient “distance parcouru pendant le temps de réaction + distance de freinage”. Techniquement, plus un véhicule roule vite, plus la distance parcourue avant son arrêt sera importante. A titre d’exemple, si un véhicule roule à 110 km/h, alors sa distance d’arrêt sera d’au moins 93 mètres sur chaussée sèche (124 mètres sur chaussée humide !).

L’importance du respect des limitations de vitesse

Le Code de la route français a mis en place un certain nombre de règles de circulation routière afin que partager l’espace routier ne rime pas avec danger. En fonction des différents environnements de conduite, et d’éventuelles conditions difficiles dues aux intempéries, ou zones de travaux où travaillent les agents intervenants sur le domaine routier, les usagers doivent respecter les grands principes de circulation. Ainsi, pour les conducteurs se trouvant face à des intersections, ou bien dans un contexte de croisements et dépassements, ils doivent impérativement respecter les règles de priorité de la chaussée et les limitations de vitesse, fortement contrôlées par les radars.