Les types de formation

L’apprentissage du permis de conduire peut être craint par certains élèves qui ne trouvent pas la pédagogie adaptée à leurs besoins. Or, aujourd’hui les formations ont beaucoup évolué, et cherchent à s’adapter à tous les profils. Les outils pédagogiques sont plus appropriés aux candidats, et cherchent à répondre à leurs attentes pour former des conducteurs plus aguerris à la sécurité routière.

Quels sont les différentes formations à la conduite ?

De nos jours, il existe plusieurs formules pour obtenir son permis de conduire. Les différents types de formation s’adaptent aux profils des candidats, à leurs contraintes et à leurs envies. Peu importe la modalité qui sera choisie, la finalité sera la même : former un futur conducteur responsable et respectueux sur la route.

Conduite accompagnée et conduite supervisée

Ce mode d’apprentissage s’adresse aux plus jeunes. La conduite accompagnée concerne les candidats qui ne sont pas encore majeurs, mais qui veulent profiter de la route avec un accompagnant. Cette technique permet de se familiariser avec la future conduite autonome. Dans les faits, les apprentis conducteurs devront valider leur code de la route, avant d’effectuer une vingtaine d’heure de conduite avec un moniteur d’auto-école. Ils seront ensuite autorisés à conduire avec leur accompagnateur.
Du même modèle, la conduite supervisée s’adresse cette fois aux majeurs. Ceux-ci devront de la même façon valider leur code de la route et effectuer vingt heures de conduite, avant de pouvoir prendre la route avec leur superviseur.

Accompagnant et superviseur de la conduite

Il est évident que ces formules d’apprentissage de la conduite doivent être rigoureusement encadrés afin de limiter tout risque d’accident. Ainsi, la responsabilité repose sur les accompagnants et superviseurs de la conduite qui sont les garants de l’apprenti conducteur. Dans les faits, ceux-ci doivent détenir leur permis de conduire depuis plus de cinq ans, et ne pas faire l’objet d’une suspension de permis.

Permis accéléré

A l’inverse des modèles précédents, ce type de formation s’adresse aux personnes qui veulent obtenir leur permis de conduire rapidement. Il consiste en un stage intensif de plusieurs jours. La première partie du permis accéléré est consacrée à l’obtention du code de la route. La 2ème partie se concentre sur les cours de conduite et le passage de l’examen pratique qui se fait sous une quinzaine de jours.

Conduite autonome durant l’examen pratique

Peu importe le type de formation qui va être choisi par le candidat, il doit pouvoir montrer les capacités d’une conduite autonome durant l’examen pratique. Ainsi, au cours de l’évaluation, l’inspecteur du permis de conduire lui indiquera un exercice de quelques minutes visant à démontrer sa compétence à suivre un itinéraire en toute autonomie et en toute sécurité.

Première heure d’évaluation

Dans la formation qui sera choisie, la première heure d’évaluation est essentielle pour le candidat. Elle permet de faire connaissance avec le véhicule et son moniteur, mais surtout de déterminer le nombre d’heures de conduite pédagogique qui seront nécessaires pour le préparer à l’examen. Même si aujourd’hui un minimum de 20 heures est exigé pour passer le permis, dans les faits beaucoup d’apprentis conducteurs choisissent de prolonger leur formation pour être préparés au mieux.

Apprendre la conduite avec un simulateur

Cette technique est très appréciée des candidats stressés. Elle permet, de façon virtuelle, de s’entrainer au permis de conduire. Apprendre la conduite avec un simulateur n’est pas reconnu comme une heure de conduite à proprement dite, mais cela permet de détendre beaucoup de jeunes conducteurs. Le simulateur peut être vu comme un complément pour multiplier les heures de conduite et se sentir plus à l’aise au volant.

Matrice GDE

Importée de Finlande, la matrice GDE signifie “goals for drivers education”. Elle a pour objectif de mettre en évidence les compétences recherchée pour apprendre au mieux à conduire. Cette analyse des mécanismes d’un conducteur a permis de revoir les modes d’apprentissage. Les grands principes de la matrice GDE sont intégrés au système français depuis déjà 2013.

Théorie de la pratique

Cette approche pédagogique vise à permettre aux élèves d’intégrer une meilleure compréhension de leur apprentissage de la conduite. La théorie de la pratique est une méthode qui consiste à expliquer une compétence avant de la mettre en application. Ainsi, l’apprenti conducteur peut poser toutes les questions qui lui viennent avant de passer à la pratique. Car on considère qu’avec une meilleure compréhension, l’exercice est souvent mieux assimilé !

Et vous, avez-vous trouvé la formation qui vous convient ?

Il est important de considérer qu’aujourd’hui il existe plusieurs types de formation à la conduite qui s’adaptent à vos besoins dans un souci d’assurer un suivi pédagogique toujours plus personnalisé des futurs conducteurs. Ainsi, le programme REMC (Référentiel pour l’Éducation à une Mobilité Citoyenne) instauré depuis 2013 en France est suivi par de nombreuses auto-écoles. Des outils tels que l’initiation à la sécurité routière, le livret d’apprentissage ou encore le très utile bilan de compétences de la conduite avant l’évaluation finale, sont autant de méthodes pertinentes et fonctionnelles. Ces nouveaux supports pédagogiques ont remplacé des techniques un peu dépassées, pour offrir aux élèves des solutions modernes et pertinentes.

Toutes les notions autour du permis