Les fautes éliminatoires

Suite à la réforme de 2018, le système de notation du permis a évolué. Conformément à ces dernières règles, le candidat est jugé par son instructeur au moyen d’une grille d’évaluation qui suit un barème de notation très précis. L’examen du permis de conduire dure en moyenne une trentaine de minutes, ce qui laisse le temps de commettre de nombreuses erreurs. Certaines fautes à caractère particulièrement grave sont jugées éliminatoires. En mettant potentiellement en danger les passagers et les autres usagers de la chaussée, ces erreurs impliquent l’ajournement immédiat de l’apprenti conducteur.

Quelles sont les différentes erreurs commises lors de l’examen du permis de conduire ?

Au cours de votre examen pratique, il peut être commis moultes erreurs. Certaines, plus lourdes de conséquence que d’autres, vont être qualifiées de fautes éliminatoires. D’autres plus bégnines, sont tolérées par les inspecteurs. Voici comment faire la différence !

Les erreurs tolérées

Une certaine catégorie d’erreurs peut être tolérée par l’inspecteur du permis de conduire. Il s’agit de fautes qui restent malgré tout respectueuses de la règlementation routière et ne mettent pas en péril la sécurité de vos passagers. Elles ne sont pas directement éliminatoires. En commettant ces erreurs, le candidat n’est pas automatiquement ajourné, mais perd un certain nombre de points qu’il sera peut être difficile de rattraper par la suite. Il faut absolument éviter d’en cumuler, sinon vous n’obtiendrez jamais le score de points suffisants pour obtenir votre examen !

Les erreurs éliminatoires

Ces erreurs sont importantes et mettent en danger les passagers du véhicule, mais aussi les autres usagers. Elles ont un caractère éliminatoire, c’est-à-dire que l’apprenti conducteur est immédiatement ajourné. Ainsi, même s’il obtient le cumul total des vingt points nécessaires à l’obtention de son permis, il devra retenter sa chance une autre fois. 
A caractère irrémédiable, il est absolument nécessaire d’éviter ce type d’erreur. Il existe différents types de fautes éliminatoires, même si les circonstances de dangerosité sont laissées à l’appréciation de votre inspecteur. Celui-ci tiendra compte notamment du respect de la sécurité routière, de votre analyse et adaptation à la situation.

Les fautes éliminatoires à l’arrêt
Même si cela peut sembler étonnant de prime abord, à l’arrêt certaines fautes sont éliminatoires. Ainsi, lors du démarrage ou de l’arrêt du véhicule, des erreurs peuvent être fortement dangereuses pour vous et votre environnement.

Les fautes éliminatoires durant les manœuvres
La manœuvre si elle est mal maîtrisée par son conducteur peut être dangereuse pour les passagers du véhicule mais aussi pour les autres usagers, et notamment les piétons qui sont particulièrement vulnérables. 
En pratique, il peut s’agir d’un choc avec le trottoir qui peut faire perdre le contrôle du véhicule. Il peut également être question d’une collision avec un véhicule garé lorsque vous effectuez un rangement en créneau ou en bataille.

Les fautes éliminatoires à une intersection
Ces fautes sont particulièrement dangereuses puisqu’il s’agit de couper la circulation à des usagers surgissant dans le sens inverse. On peut donner à titre d’exemple :

Les fautes éliminatoires à un croisement
Ces fautes peuvent se recouper avec les précédentes. On peut préciser certaines circonstances :

Les fautes éliminatoires en dépassant
Pour dépasser un autre véhicule, qu’il soit trop lent ou à l’arrêt, de nombreuses précautions doivent être prises. Car la plupart du temps, il s’agit d’empiéter sur la chaussée d’usagers arrivant dans le sens inverse. Il est donc fondamentalement interdit de:

Les fautes éliminatoires en changeant de direction
De même que dans une intersection, changer de direction implique une vigilance accrue à son environnement et de communiquer avec les autres usagers pour les prévenir de votre intention.
Voici quelques erreurs éliminatoires fréquentes :

Les fautes éliminatoires dans un virage ou une ligne droite
Les erreurs communément commises dans ce cas concernent la plupart du temps un mauvais contrôle du véhicule en ligne droite ou virage qui vient empiéter l’autre voie, voire le trottoir. De même le franchissement d’une ligne blanche continue est sanctionné d’un ajournement au permis de conduire. De façon générale, le conducteur doit maîtriser sa vitesse en fonction de son environnement : il doit ainsi ralentir dans un virage pour éviter une sortie de route.

Savoir se prémunir des fautes éliminatoires !

L’examen de la pratique se base sur la grille d’évaluation du permis qui met en valeur quatre compétences évaluées. La maîtrise de celles-ci doit permettre au candidat de cumuler un minimum de vingt point pour réussir son permis de conduire. Au-delà de l’acquisition de ces compétences, il est strictement interdit à l’apprenti conducteur d’effectuer une faute dite éliminatoire qui provoquera son ajournement immédiat. Il est souvent conseillé pour se familiariser au mieux avec les conditions réelles et de faire un examen blanc du permis. Vous serez ainsi mieux préparé à éviter certaines fautes, et sensibilisé à l’importance de la sécurité routière sur le résultat du permis de conduire.