La réforme bepecaser

La réforme du Bepecaser, c’est un long projet, qui vise à modifier les accès à la profession de moniteur d’auto-école. Corrélatif à l’évolution de la formation du permis de conduire en lui-même, cette concertation sur la formation des professionnels a tardé à voir le jour.

Un nouveau Titre Professionnel

On ne parle désormais plus de bepecaser, mais de Titre Professionnel, ou CCP ECCSR. La réforme bepecaser, c’est concrètement l’accès à une certification professionnelle, délivrée par l’État. Elle se base sur plusieurs critères : 

  • Elle est validée par les instances professionnelles du secteur
  • Elle fait suite à une formation et une validation des acquis
  • Elle est délivrée au nom de l’État
  • Elle est composée de CCP (certificats de compétences professionnelles) qui permettent de bénéficier d’une véritable employabilité

En pratique, le Titre Professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière, est désormais enregistré au répertoire national des certifications professionnelles. C’est un titre d’État. La dernière session pour passer le bepecaser a eu lieu en mai 2016, et a laissé place au nouveau diplôme.

Les candidats

Pour passer le Titre Professionnel et devenir enseignant de la conduite, aucun diplôme n’est nécessaire. Il n’y a pas non plus de concours d’accès à la formation. 
A l’inverse, l’accès à la formation du bepecaser était possible uniquement aux titulaires du brevet ou diplôme équivalent, comme le CAP.

 

Le déroulement de la formation

Le Titre Professionnel, venant réformer la formation bepecaser, est un diplôme de niveau III. Il est certifié par l’État, et a la même valeur qu’un bac +2, du style BTS ou DUT. La formation donne accès à l’enseignement de la conduite, et l’apprentissage de la sécurité routière. Elle permet de postuler à des emplois auprès d’auto-écoles, voire d’entreprises. C’est une certification qui peut par la suite être complétée par des modules permis moto, ou poids lourds. 
La formation Titre Professionnel, ou CCP ECSR, se déroule en deux parties. Chacune est validée par un certificat de compétences (CCP).

Les certificats de compétences

Le CCP1, est le certificat de compétences qui permet de former des apprentis conducteurs.



Il consiste en l’acquisition de certaines compétences :

  • Préparer et organiser une séance individuelle ou collective de formation
  • Gérer une séance de formation à la sécurité routière
  • Gérer une séance individuelle ou collective de conduite
  • Être capable d’évaluer les apprentis conducteurs
  • Cerner et améliorer les axes de difficultés de l’élève
  • Maîtriser l’environnement routier et assurer la sécurité des élèves

Concrètement le CCP1 est proche de l’ancienne formation bepecaser. Il s’agit de l’apprentissage de notions telles que la pédagogie et la méthodologie. Les changements qu’impliquent la réforme bepecaser résident principalement dans la notion de gestion de groupe, au-delà de l’individu seul au cœur de son apprentissage. 

Le CCP2, est le certificat de compétences qui vise à sensibiliser les usagers aux comportements appropriés sur la chaussée, en respect avec l’environnement. Ainsi, les enseignants devront maîtriser des compétences telles que : 

  • Analyser, préparer et organiser une formation de sensibilisation suite à une demande
  • Gérer et animer une séance de formation à la sécurité routière, ainsi qu’au respect de l’environnement
  • Faire preuve de jugement sur ses capacités professionnelles, et être capable de s’améliorer

Le CCP2 consiste ainsi en une sensibilisation des usagers de la route à la sécurité routière. En effet , au cœur de la réforme du permis de conduire, réside l’importance accordée aux notions de sécurité routière pour obtenir son examen. 
En pratique, pour obtenir le Titre Professionnel donnant accès à la profession d’enseignant de la conduite, il est nécessaire de valider les deux certificats de compétences que sont le CCP1 et le CCP2. Pour permettre un apprentissage plus accessible à tous, le premier CCP obtenu reste valide 5 ans, jusqu’à obtention du deuxième, validant la formation globale. Les CCP peuvent être obtenus dans l’ordre souhaité par le candidat. 
Les titulaires du titre précédant, c’est à dire ceux qui se sont vu passer le bepecaser, peuvent procéder à une validation des acquis par l’expérience (VAE) afin d’obtenir le nouveau Titre Professionnel. Dans les faits, ils devront acquérir seulement la partie du diplôme non intégrée dans leur formation initiale, qui consiste de manière générale en l’acquisition du CCP2.

Les centres de formation

Dans les faits, l’obtention du Titre Professionnel consiste en 910 heures d’apprentissage minimum, selon les capacité d’apprentissage de chacun. Seuls les titulaires du bepecaser, grâce à une validation des acquis par l’expérience (VAE), pourront voir ce temps de formation réduit. 
La formation de moniteur auto-école se déroule dans un centre agréé par l’État. Les anciens centres bepecaser font l’objet d’une mise à niveau, afin de pouvoir accueillir les nouvelles modalités de formation.

 

La formation bepecaser réformée !

La formation bepecaser était l’ancien enseignement permettant aux candidats d’obtenir le diplôme d’enseignement de la conduite. Mais la question du comment devenir moniteur auto-école, longuement étudiée par les pouvoirs publics dans le cadre de leur profonde réflexion sur la réforme du permis de conduire, a donné naissance au Titre Professionnel. 
Ce nouveau diplôme d’État, basé sur l’acquisition des deux certificats de compétences CCP, donne accès à un diplôme de type bac +2. A l’inverse de cet enseignement réformé, les jeunes apprentis à la conduite qui souhaitent opter pour un mode d’enseignement différent, pourront se renseigner sur le véhicule à double commande (location).